Versão em português 中文版本 日本語版
Polish version La version française Versione italiana
Русская версия English version Deutsch Version

Les pilotes se battaient mortellement

La Grande Guerre Nationale a fait irruption dans la vie de paix des gens, ayant mélangé la vie et la mort, la peur et le courage. Le 22 juin - le jour du début voj-ÈME, aujourd'hui la date non simplement tragique est un jour l'office des morts des héros, pour des siècles des descendants restés à la mémoire par les soldats héroïques qui ont rendu la vie pour la liberté et l'indépendance de la Patrie.

Dont et les pilotes du 123-ème régiment de chasse défendant le ciel de raïon de Kobryn dans les premiers jours de la guerre. On consacrait à l'exploit des pilotes du 123-ème groupe aérien de chasse l'action solennelle qui ont passé dimanche passé dans le musée militaire-historique d'A. V.Suvorov.

Les leaders - les collaborateurs du musée habillés en la forme militaire, ont raconté du devenir du régiment héroïque. Il était formé en mars 1940 à la base de la composition letno-technique de trois de chasse, un d'assaut des régiments, ainsi qu'une jeune composition letno-technique qui sont arrivé des écoles d'aviation; comprenait quatre escadrilles et était la subdivision structurale de la 58-ème équipe de chasse d'aviation de la région militaire Orientale spéciale.

Le 22 septembre 1940 en vertu de l'ordre du commandant des Forces aériennes de la région militaire Occidentale spéciale le régiment s'est transféré sur les aérodromes rapides de Strigovo, les Fêtes qu'en raïon de Kobryn, et a fait partie de la 10-ème division mélangée d'aviation.

Vers le début de la guerre au nombre du régiment comprenaient 87 pilotes, sur l'armement il y avait 58 avions «И-153» et 20 - «ЯК-1», trouvant à l'assemblage. Les avions «ЯК-1» se distinguaient par une grande manoeuvre et la bonne vitesse par ces temps - 572 kilomètres par heure, mais ils sont entrés au régiment exactement un mois avant l'irruption - ce temps n'a pas suffi les pilotes pour s'adapter à la technique inaccoutumée pilotirovaniya.

Par la ligne rouge ont passé dans la narration du souvenir des bouches faisant sur les premières heures de la guerre des participants directs et les témoins oculaires de ces événements : l'électromécanique 123-ème IAP de Vikenty Stakanova, le chef de l'état-major de la 4-ème armée de Léonid Sandalova, l'habitant Kobryn Alexeï Martynova, ainsi que les relevés des revues des hostilités en le 22 juin 1941.

«À 4.00 on sait que Brest est bombardé par le feu d'art des instruments germaniques et est bombardé de l'air. En même temps le rayon est fait : couvrir mission de combat de l'air les troupes s'approchant à la frontière de l'État de l'Armée rouge, la ville de Brest et Kobryn. Dès 4 heures du matin a commencé l'activité de combat tendue du régiment. Les groupes des avions (de 9 et jusqu'au groupe), les leaders de qui étaient pour l'essentiel Sourin. Jidov, Alexeïs, Savchenko, se trouvaient presque sans arrêt dans l'air. Revenaient sur l'aérodrome seulement pour la prise d'essence par le carburant et après les stocks de munitions.

Dans l'air pendait jusqu'à 60 avions Fascistes et 20-30 "mouettes". L'avantage numérique des avions Fascistes était aux constantes. Les premiers les 41 "Junkersy" allumés ont refroidi l'ardeur aux autres oiseaux charogneux Fascistes. Ayant jeté l'affaire odieuse, les avions de bombardement ont commencé à revenir chez soi. Mais il y avait ici des avions d'assaut "Me-110" et les avions de chasse "Me-109". Et de nouveau "les mouettes" menaient sur un pied d'égalité avec les Fascistes le combat. Nos pilotes utilisaient l'avantage "des mouettes" sur "messerchmidtami" à la manoeuvre. Au fasciste il était très difficile d'attraper "la mouette" à la mire, et la moindre bévue était compensée ici par un long tour de quatre mitrailleuses de "la mouette" …

Le combat aérien ne s'apaisait pas. Les groupes des avions fascistes s'accumulaient sur notre aérodrome sous Kobrynom une pour l'autre. Uns d'eux comptaient 20 avions, les autres, comme c'était à 11 heures, − jusqu'à 60. Mais nos pilotes se battaient mortellement. Quand s'achevaient les munitions ou la benzine, "la mouette", en se serrant contre les sommets des arbres, atterrissait. Il fallait à l'avion se diriger vers le stationnement, comme ici la composition technique l'examinait, éliminait les endommagements et les pannes, insérait par le carburant et les munitions. Et de nouveau le décollage. S'est établi le convoyeur original : le décollage - le combat aérien - l'atterrissage. Mais il faut prendre en considération de plus que sur les stationnements des avions il y avait sans arrêt un combat aérien, et "Me-109" séparés et "Me-110" attaquaient et bombardaient les stationnements. Et ainsi sans arrêt de 4 heures du matin à 13 heures.

Pour le midi le groupe des pilotes sous le commandement du lieutenant Jidova est parti sur la protection de Brest. Pour un départ les pilotes de ce groupe passaient quelques combats aériens avec les avions de bombardement de l'adversaire et les avions de chasse les couvrant. Le groupe a cassé deux avions de bombardement «Ю-88» et deux avions de chasse "Me-109", n'ayant pas perdu aucun avion. Au total jusqu'à 13.00 les pilotes du régiment dans les combats aériens supprimaient 30 avions de l'adversaire. Les pertes ont fait 9 voitures cassé et 18 - endommagé. Les derniers subissaient la réparation immédiate de relèvement, qui était passée souvent sous le feu les avions de l'ennemi attaquant l'aérodrome.

Vers l'issue le 22 juin le régiment a reçu l'ordre sur la conclusion de dessous du coup du personnel et le matériel sur une nouvelle place de la fondation - Pinsk - là-bas on transférait dans le plus court délai le commandement du régiment, tout le personnel et les avions bons. En 7 mois de la guerre pour le courage et l'héroïsme manifestés dans la lutte avec les fascistes allemands, étaient décorés 15 pilotes.

A continué le récit des faits d'armes des pilotes le visiteur de Saint-Pétersbourg Fiodor Ousol'tsev, le directeur général de l'agence d'information "Mage", l'investigateur, l'auteur des monographies. Il était complété le boursier de la chaire de l'archéologie et entologii de l'Université d'État De Grodno par Dmitry Kienko et le maître-assistant du collège De Minsk D'État supérieur d'aviation, je PLIE le boursier «l'Institut de l'histoire» NAN de la Biélorussie Dmitry D'yakov. L'intervention du vétéran 123-ème IAP de Nikolay Dmitriévitch Sergeeva, le président du conseil des vétérans du 2-ème corps de la garde De Léningrad de chasse est devenue le moment le plus vif.

Anna Grom

Le tonnerre, A.Lettchiki se battaient mortellement / A.Grom//Kobrynsk_ веснік. – 2011. – 22 tchervenya. – S 1,2. Sur l'exploit des pilotes du 123-ème groupe aérien défendant le ciel de raïon de Kobryn dans les premiers jours de la guerre.

Les documents populaires


Les commentaires