Versão em português 中文版本 日本語版
Polish version La version française Versione italiana
Русская версия English version Deutsch Version

Les articles sur Kobryn : 1945 - Dojinki

raïon de Kobryn à 1944-1949

La Grande Guerre Nationale est entrée dans notre histoire comme extraordinaire selon l'acharnement, le tragique et l'héroïsme la bataille des peuples contre le fascisme hitlérien. La voie vers la victoire était longue et difficile. Et la vérité sur la situation très difficile politique et sociale et les difficultés éprouvées extraordinaires des années d'après-guerre reste seulement dans la mémoire de ceux qui a éprouvé tout cela, et tels gens avec chaque année il y a plus de … Selon le traité de paix De Riga de 1921 raïon de Kobryn s'est trouvée au nombre de 2 Retchi Pospolitoj jusqu'à 1939. Kobryn était le centre poveta du (district) faisant partie du voïvodat Demi-Essky. Toute la Biélorussie occidentale était l'appendice agraire de la Pologne, la source de matières premières et le débouché de la production.

Le 1 septembre par 1939 a commencé la Deuxième Guerre mondiale. Le 22 septembre 1939 du côté de la chaussée de Moscou à Kobryn sont entrés les tanks soviétiques. La réunion nationale de la Biélorussie Occidentale à Belostoke, à qui il y avait la délégation de député de Kobryn les 28-30 octobre 1939 a voté pour l'établissement du pouvoir Soviétique. L'appel au Soviet Suprême de l'URSS avec la demande Ici était accepté d'insérer la Biélorussie Occidentale dans la composition de l'Union Soviétique et la réunir avec BSSR. La demande était satisfaite. Ainsi raïon de Kobryn a fait partie de l'URSS. Dans la vie de la ville et la région ont commencé les transformations socialistes. Ont restauré en premier lieu Dnepro-Bougsky le canal. Avant la guerre en région natchityvalos' jusqu'à quarante établissements industriels, y compris 11 moulins, 2 maslobojki, 1 souknovalka, 2 briqueteries. Travaillaient des cuirs, de poterie, tourbeux et d'autres usines. Vers juin 1940 il y avait 2 kolkhozes, et dans leur an est devenu 5. Il y a un large réseau des institutions médicales. Avant la guerre sur raïon de Kobryn on comptait 55 écoles, à qui s'occupaient plus de 7 mille élèves. Il y avait une Maison de la culture, la station d'enfant technique. Dans le Kobryn 17 diverses entreprises, la station électrique, 2 cinémas, 2 écoles, l'hôpital, 556 maisons d'habitation du fonds communal et 1384 maisons d'habitation du fonds privé travaillaient. La ville aménagée disposée au centre de quatre chaussées, ayant la station ferroviaire et la voie navigable du message, comptait avant la guerre près de 16 mille habitants.

La guerre a changé l'aspect économique de la ville et la région. Les Allemands ont brûlé et ont détruit près de 239 bâtiments habités, ont supprimé entièrement toutes les entreprises, et l'équipement ont emporté à l'Allemagne. À l'État on causait le préjudice irréparable. Seulement à Kobryn de 16 mille population il restait près de 5 mille population. Jusqu'à 10 mille citadins était fusillé et volé à l'esclavage allemand. On portait une grande perte à l'agriculture. On brûle et détruit les villages, les écoles, à la maison, l'hôpital. On prend et vole à l'Allemagne 3750 chevaux, 8095 goals des bovins, 5022 pièces des porcs, 9749 brebis et 26086 goals de la volaille.

Le 20 juillet 1944 la ville était libérée. Les premières tâches temporaire civil et les autorités militaires sur les territoires libérés étaient : *организация des administrations locales administratives : des comités exécutifs de district, les conseils de village, les structures de mantien de l'ordre, les organismes de stockage et les institutions financières; *запуск des stations électriques, les objets communaux; *восстановление des stations ferroviaires, les ponts, la gare. Cette fois les chefs de partisans sont devenus les pionniers de la restitution du pouvoir Soviétique. Par la ville ont commencé à rechercher les employés restés soviétiques, à l'assistance de qui recommençait l'activité des institutions extrêmement nécessaires. En mai 1945 selon Dnepro-Bougskomou au canal sont allés les navires. Spécialistes ses non seulement arrivant, mais aussi mille citadins et les villages restauraient. Le 21 juin 1945 pour l'exécution anticipée du devoir d'État selon la restitution du canal le grand groupe des ouvriers et les employés, les travailleurs techniques a reçu les récompenses. Pour le 27 mai 1945 On restaurait la station électrique de la capacité basse, le moulin, de conserve, savonnier et d'autres usines. Les ateliers tricotés, de souliers, de tonnelier, kolesno-de convoi ont commencé le travail cherstotchesal'naya. A commencé la restitution de scierie, maslobojnogo et les usines en brique. Jusqu'à 1945 il fallait restaurer les menuiseries, la production de corde, la fabrique de placage, l'usine des boissons non alcoolisées et ainsi de suite, puisque la population de la région avait besoin vivement de divers biens de consommation non alimentaire. Les paysans sentaient le besoin dans les roues, les chars, chornykh les produits. Dans ces années et encore quelques ans se faisaient sentir après le manque des chaussures.

Les ateliers de réparation, qui s'installaient à la fin de r.s Soviétique ont commencé à agir sur un des premiers dans la ville. En septembre 1944 l'atelier de machines et de tracteurs a restauré le travail, en 1945 elle était réorganisée à l'atelier interrayon des grosses réparations, et dans quatre ans est devenue l'usine Kobryn de réparation. Il y avait une guerre. L'armée avait besoin non seulement de l'alimentation, c'est pourquoi les administrations publiques conduisaient une large mobilisation matériel, d'approvisionnement et les ressources, certainement, aux frais des citadins et le village. L'industrie locale et la coopération artisanale accomplissaient les commandes du front. Par exemple, les travailleuses de l'artel "Соцтруд" cousaient les douillettes et le pantalon de coton pour le front. Et les pages des journaux papillotaient par les notes sous la rubrique : «tout pour le front!» Les cheminots Kobryn participaient à la compétition parmi les cheminots d'art. Kobryn et art. de Gorodets sur la meilleure aide au front. Ils se souciaient qu'il n'y avait pas temps mort des wagons pour qu'il n'y avait pas retards des trains à la station, en effet, les charges allaient sur le front. Se rappelle K.S.Terpilovsky (1931 du rouble) : «Après la libération le changeur de la traverse travaillait sur le chemin de fer. La norme journalière pour les hommes faisait 25 m, pour les adolescents de 12 m il était très difficile de Venir à bout. Parfois les adultes aidaient, de ceux qui travaillait une série». Dans la ville il y avait beaucoup de gens ruinés par la guerre – les veuves, les orphelins, les invalides, les incendiés restés sans le logement, les familles des militaires qui ont péri dans les années de la guerre. Les habitants de Kobryn se rappellent qu'à la gare, dans les rues il y avait beaucoup de pauvres, apode, mutilé.

Le long temps les pouvoirs n'avaient pas la possibilité de les soutenir, il n'y avait pas moyens. Il y avait des petits avantages aux familles des militaires. Et pour l'essentiel le soutien se réalisait aux frais des citadins et la région.

Il y avait un fonds de l'aide les familles des combattants. S'organisaient les samedis communistes et l'argent recueilli partaient pour le fonds de l'aide : de l'argent liquide 17 780 roub; du seigle – 150 kg; des pommes de terre - 300 kg; les tourments - 40 kg; du chou – 10 kg. L'administration des entreprises organisait l'aide en réparation les appartements. Mais dans les cas exceptionnels, selon les souvenirs kobrintchan, on pouvait compter sur l'assistance mutuelle des voisins et il est simple des braves hommes.

Sur le territoire de raïon de Kobryn à la fois après la libération on restaurait l'activité des pouvoirs de parti et soviétiques, ainsi que l'activité de l'organisation du Komsomol de la région. Notamment sous leur direction a commencé la restitution de la vie économique. En analysant la situation politique et sociale sur raïon de Kobryn, on peut faire les conclusions sur ce que la situation était difficile. La relation au pouvoir Soviétique chez les citadins était ambiguë. Mais la quantité prédominant d'habitants n'a pas soutenu le mouvement nationaliste, qui avait lieu après la libération et un certain temps après la guerre. Sans avoir le support sûr près de la population, il a éteint. Les affaires inventées «les ennemis du peuple» étaient supprimées, et la plupart condamné sont reconnus innocent et sont réhabilités vers le milieu de 50 années. La réhabilitation recommençait et plus tard, mais et ne s'est pas achevée. La plupart du peuple croyait le parti, Staline, à ce qu'ils conduisaient le peuple à la victoire du communisme, vers l'avenir radieux.« Vive notre Patrie soviétique et son chef le compagnon Staline! »- sonnaient les slogans patriotiques.

Quant aux problèmes matériels et de vie des ouvriers et les employés à l'après-guerre, eux était assez. Les travailleurs de Kobryn et la région se divisaient avec l'État par les économies. C'était présenté comme la démonstration vive du patriotisme du peuple soviétique, comme l'expression de la conscience et le patriotisme des hommes soviétiques, qui n'économisent pas les forces et les moyens pour la restitution plus rapide de l'économie, l'exécution des plans de la première période quinquennale d'après-guerre. Ainsi le problème de l'aide par les victime de la guerre aux citoyens, les familles des combattants, les enfants orphelins s'est couché sur les épaules des paysans, les ouvriers et les employés. L'État n'avait pas les moyens pour se charger de cela : tous les moyens allaient pour le front. Dans les conditions, quand les gens éprouvaient les difficultés incroyables, cette aide peut être définie comme un grand humanisme.

Après la guerre il y avait beaucoup d'orphelins. Vers le 1 octobre 1944 il y a à Kobryn une assistance publique. Vivait là plus de 30 enfants de trois ans à âge de quatorze ans. Les enfants souffraient de faim … du rapport du comité de district Kobryn LKSMB : «on transmet à l'Assistance publique 6 pouds du blé, plus de 200 oeufs. Le comité de district s'est adressé aux écoliers des écoles de village, qui ont recueilli et ont transmis à l'assistance publique près de 100 pouds du pain». Ainsi dans les conditions de l'achèvement des hostilités à côté de la restitution de l'économie nationale les administrations publiques conduisaient une large mobilisation matériel, d'approvisionnement et les ressources matérielles sur les besoins du front. Ce dépôt, qu'ont apporté kobrintchane au fonds de la Victoire, on peut courageusement appeler comme l'exploit de travail.

Il faut marquer qu'à tous les manques matériels confinant à la misère, aux cas très fréquents de la violation de la légitimité du côté des pouvoirs, les gens qui ont éprouvé pendant la guerre beaucoup de du chagrin ne voyant pas et ne connaissant pas la vie aisée avant la guerre, étaient contents quand même insignifiant, mais la croissance constante du bien-être des gens, la réduction annuelle des prix et la suppression du rationnement. À l'après-guerre difficile chez bol'chej les parties de la population s'est gardée la foi en l'avenir, l'espoir, l'humanité et l'enthousiasme de travail. Et, malgré le fait que toute la vie d'après-guerre passe sous le contrôle du parti, plusieurs méthodes et les idées de la direction sont mises maintenant sous le doute ou sont reconsidérés, on ne peut pas nier de ce rôle immense, qu'elle a joué à l'après-guerre lourd.

Anton Kordjukov

Les commentaires