Versão em português 中文版本 日本語版
Polish version La version française Versione italiana
Русская версия English version Deutsch Version

Zamorin Ivan Alexandrovitch

Je me rappelle Kobryn d'avant-guerre. Avec la chanson vive d'armes selon la rue la colonne des soldats de l'Armée rouge passe. Par la trace courent les gamins exaltés, les citadins sortent sur les balcons, aux cours, vers les portillons. Les mots «et dans chaque hélice le calme de nos frontières» respire ombrent la beauté favorable au vol des avions de chasse dans le ciel sur la ville. Je, l'élève de la 6-ème classe, étais déjà le signe avec le masque à gaz, les grenades et était fier beaucoup de l'insigne «le tireur Vorochilovsky».

 Le pilote Ivan Zamorin
Le Biélorusse Ivan Zamorin est né à d. Kostenka près de Mogiliov. La vie de travail de Vanya des débuts dans 13 ans - travaillait sur la fabrique de confection de Volodarsky à Mogiliov. Par l'adolescent de ces années l'armée attirait, et les braves rêvaient de voler dans le ciel. Dans 19 ans Ivan a fini les études à l'aéroclub et est parti par l'engagé volontaire à l'armée, puis était nommé à l'école militaire des chasseurs à Borisoglebske. En 1941 il a passé 4 cours mensuels des commandants des groupes à 29 aérodivisions du Front D'Extrême Orient (DVF).

Le 20 juin 1942 le lieutenant Zamorin est arrivé sur le front Occidental, à 18 régiment de la 303-ème division de la Première armée aérienne. Dans cette division de l'assistant du commandant de l'aéroescadrille il a augmenté jusqu'au commandant du 523-ème aérorégiment de chasse. Le début de la guerre pour le pilote Zamorina était difficile. Le 19 août 1942, après deux mois du séjour au front, le quatre d'Yak-7B sous son commandement, en couvrant sur la ligne du front les troupes terrestres, a engagé le combat de trente "Khenkel'-jougs" "couverts" quinze «МЕ-109». Dans le combat inégal passager on cassait un "Khenkel'" et deux "Messera", on arrache la tentative de bombarder nos troupes. Cependant l'avion du lieutenant Zamorina était poussé et s'est allumé. Mais le pilote avait une volonté de passer jusqu'à et atterrir sur notre territoire. Il a reçu les brûlures lourdes de la personne, les mains et les pieds, demi-mort l'ont sorti du feu.

Quatre mois dans l'hôpital de Riazan se prolongeait son traitement. Finalement les médecins ont copié Zamorina du service favorable au vol et ont donné les documents sur la citoyenne. Mais le lieutenant de 24 ans a décidé autrement. Sur les voitures allant dans le même sens et les trains il est parvenu au front, a trouvé le 18-ème régiment, où ont reçu tout juste les nouveaux types des avions, et les pilotes ne suffisaient pas. Ivan Zamorin s'est levé de nouveau au ciel flambant de la guerre.

Chaque mission de combat est un départ à la rencontre de la mort. Témoignent les pages jaunissant de dactylographie de la représentation du commandant du 18-ème régiment du lieutenant-colonel Goloubova du 17 septembre 1943 vers "à l'appropriation du titre du héros de l'Union Soviétique au commandant de l'aéroescadrille au capitaine Zamorinou :

«... L'Escadrille sous la conduite de tov. Zamorina a passé 1124 missions de combat, d'eux :
- Sur l'accompagnement des avions de bombardement - 213
- Sur l'accompagnement des avions d'assaut - 246
- Sur la protection des troupes - 379
- Sur l'interception des avions de l'adversaire - 246
- Sur la reconnaissance des troupes de l'adversaire et les aérodromes - 16
- Sur le blocage des aérodromes de l'adversaire - 11
- Sur chtourmovkou des aérodromes de l'adversaire - 13

En accomplissant l'ordre du commandement sur la destruction des envahisseurs allemands, le personnel navigant de l'escadrille produit 213 combats aériens, à qui on casse 51 avion de l'adversaire, d'eux : des avions de bombardement - 36, les avions de chasse - 15 à la perte des 2 équipages favorables au vol ».

La conclusion du commandement : «" le héros de l'Union Soviétique "Mérite l'appropriation du titre. Le commandant 303 IAD le major général de l'aviation de Zakhars. Le 26 septembre 1943».

La conclusion du Conseil de guerre de l'Armée : «Mérite la haute distinction officielle supérieure - les appropriations du titre" le héros de l'Union Soviétique ". Par la 1 Armée aérienne commandant le lieutenant général de l'aviation Gromov. Le 6 octobre 1943».

La conclusion du Conseil de guerre du front : «Est digne les appropriations du titre« le héros de l'Union Soviétique ». Commandant les troupes du front Occidental le général d'armée Sokolovsky; le Membre du conseil de guerre du front Occidental le lieutenant général Boulganin. Octobre 1943».

Comme nous voyons, était tout à fait difficile recevoir le titre du héros. Mais l'appropriation de son I.A.Zamorinou et n'avait pas lieu, a influencé la destruction de Léonid Khrouchtcheva.

De la caractéristique de combat : «Possède les qualités excellentes personnelles, est subi, est correct en circulation, du combat est assuré, agit d'une manière rusée, est tactiquement compétent, la poltronnerie et la négligence lui est étrangère. À la rencontre avec les forces supérieures
L'adversaire est pris vite et correctement par la décision, est courageux et énergique, l'expérience pratique et les connaissances savait
Transmet au personnel, en passionnant avec son exemple dans le combat ».

La voie de front du chasseur Zamorina est marquée par vingt blagodarnostyami du Commandant suprême I. V.Staline. Le pilote a reçu cinq d'eux pour la libération de la Biélorussie : Vitebsk - le 26 juin 1944, Orcha - le 27 juin 1944, Minsk - le 3 juillet 1944, Grodno - le 16 juillet 1944, pour le forcement du rouble le Niémen - le 31 juillet 1944. En un mois avec petit - 5 blagodarnostej Suprême! Dans ces récompenses - et de hauts rythmes de l'arrivée à l'opération "Bagration", le rôle de l'aviation de chasse, et la charge improbable sur les pilotes, et l'encouragement moral des combattants aériens assurant le succès à l'arrivée des armées terrestres. Dans les troupes naissait cette force totale de la combativité morale, devant qui reculait la peur et krepla la foi dans la victoire. Moi-même, je l'employé des P.T.T. d'infanterie, éprouvais bien des fois ce sentiment total et sacré du patriotisme.

Le héros de la France
Encore une page importante et brillante de la biographie militaire du pilote Ivan Alexandrovitch Zamorina - sa participation à
Les opérations militaires au nombre du régiment rendu célèbre "la Normandie-Niémen" avec les pilotes-engagés volontaires de la France qu'a fait par son par un des héros les plus considérables de la Grande Guerre Nationale.

Nous écouterons le fragment de l'intervention gardée du pilote Zamorina devant les téléspectateurs : «il Y avait mars 1943. Tous les matins l'aérodrome était surplombé par la brume épaisse froide. Et quand le froid a commencé à remettre, ont rampé les brouillards. Le temps était souvent défavorable au vol, mais il y avait une guerre, et sur le temps, en général, s'adressait peu de l'attention, il fallait partir quelques fois par jour. Les combats aériens alors étaient particulièrement acharnés, il y avait une lutte pour la maîtrise de l'air.

Voici à cette époque chaude de combat dans notre au régiment il y avait pour la première fois 15 pilotes français sous le commandement de Jean Tjulyava. D'abord ils ont fait une j'eskadri-coule, organisé selon l'accord entre le comité Français national présidé par le général-patriote du Goal-lem, et notre gouvernement. C'était "la Normandie". Elle présentait la France luttant sur le front soviéto-germanique. Par la suite, quand les bénéfices les nouveaux groupes des pilotes-engagés volontaires français, l'escadrille était transformée en régiment ("la Normandie-Niémen" - selon les noms de la province française et la rivière de Niémen biélorusse. - A.ss.).

- J'avais l'occasion de passer, - le colonel Zamorin continuait, - il y a beaucoup de combats aériens en commun avec les pilotes français et je peux dire qu'ils se battaient honnêtement et osait, en présentant les modèles de la recette mutuelle dans le combat. Le pilote français d'a refusé de se servir de Sejn à la situation d'accident dans l'air du parachute, en tentant de sauver la vie du camarade de combat du mécanicien Belozouba.

Nous vivions ensemble, se reposaient ensemble, cela arrangeait les soirs de l'activité artistique d'amateurs, chantaient nos chansons, qui leur plaisaient beaucoup. Avant la guerre je devais lutter côte à côte contre les pilotes français contre les envahisseurs fascistes. Orel, Briansk, Smolensk, Orcha, Vitebsk, Minsk, Kaounas, la ville de la Prusse Orientale - tous ces noms figuraient sur les cartes dans nos planchettes. Comme je vois maintenant le commandant Tjulyana - le pilote héréditaire, le combattant courageux aérien, le premier commandant de l'escadrille, et ses successeurs - le capitaine Litol'fa, le commandant Pouyada, le commandant Del'fino, Risso, Al'berto, du la de Pouana et les autres ».

Par les récompenses supérieures de la Patrie : par les ordres de Lénine et Alexandre Nevsky, trois ordres de l'Étendard Rouge, par deux - la Guerre nationale, deux - l'Étoile Rouge a décoré le gouvernement soviétique d'Ivan Zamorina. Voici sur un tel as aérien, le Biélorusse, s'alignaient dans le combat les pilotes-engagés volontaires français. Ils ont fait 5240 missions de combat, ont passé 869 combats aériens, ont cassé 268 et ont poussé 80 avions de l'adversaire. Ils étaient accordés les récompenses de combat, et quatres - Marseille Al'ber, Roman du la de Pouan, Jean André et Marseille Lefevr (posthumement) - sont devenus les héros de l'Union Soviétique.

Déjà après la guerre le pilote biélorusse I.A.Zamorin était décoré français par «la croix Militaire» (20.05.1945г.) est honoré à l'ordre de la légion Honorable (21/11/1984) - la récompense supérieure de la France. Le président de la France François Mitteran au Kremlin De Moscou à la commémoration du 40 anniversaire de la Victoire dans la Deuxième Guerre mondiale personnellement a remis à son Ivan Alexandrovitch.

Une sur tous la Victoire
La Victoire totale sur tous est venue. Pour toujours de moi est resté dans la mémoire le 9 mai 1945 : du côté de Toukousma letton selon le front de notre 357-ème ordre de choc de Suvorov de la division d'infanterie mettaient l'arme les troupes hitlériennes. Il est combien d'à la joie et le bonheur! Les soldats s'embrassent, en se félicitant, brûlent au ciel par les fusées et le feu de combat - saluent le premier jour longtemps attendu de la Grande Victoire.

En juin 1945 quelques avions de transport avec le personnel du régiment "la Normandie-Niémen" ont décollé et se sont dirigés vers la France. À ce moment à la 303-ème aérodivision le chiffrage est venu - le gouvernement Soviétique a décidé d'offrir aux pilotes français leurs engins de guerre. À la radio aux avions ont donné l'ordre de rebrousser chemin. Par la tempête du ravissement les créateurs français de la Victoire totale ont rencontré la nouvelle. Quand l'ordre aérien "Iakov" avec les étoiles rouges est apparu sur Paris, ses habitants ont avancé sur l'aérodrome Bourges. La France rencontrait les héros. Ce Jour s'est transformé spontanément en fête.

Dans l'histoire de la ville normande Grimpait-Andeli il y a non peu de bonnes pages consacrées au développement de l'aviation française. Au musée du régiment "la Normandie-Niémen" dans la ville on conduit l'hôtel particulier. Le directeur de ce musée Robert Lefevr (le frère de la Marseille périssant Lefevra) rassemblait plus d'une dizaine d'années la collection du musée. La place municipale de la ville Grimpait-Andeli porte le nom du régiment "la Normandie-Niémen". Le nom d'Ivan Alexandrovitch Zamorina par la mémoire sévère militaire a rapproché pour toujours deux villes - LezAndeli et Kobryn, a rapproché deux États - la Biélorussie et la France.

 Le Chasseur vivait dans Kobryn
 Deux dernières décennies la vie d'A.I.Zamorin a passé à Kobryn. Il vivait avec la femme, visiter les parents de Kaliningrad la fille avec les petits-fils assez souvent venait. Ivan Alexandrovitch était dans l'étroite amitié avec Plotnikovym Fiodor Gerassimovitch (1920-1994), l'ancien le remplaçant. Du commandant de l'escadrille du 18-ème aérorégiment de la garde de chasse. Il ne perdait pas le lien et avec les amis de front, soviétique et français, allait à Moscou sur les rencontres aux anniversaires de la Victoire. Les mémoires n'écrivait pas. «Sur moi et ainsi est écrit beaucoup», - me disait, il arrivait. Aimait la nature. Devant son balcon sur r. de Pouchkine, 1 quelques années tchakhla le tilleul. Une fois Ivan Alexandrovitch a passé chez moi avec la pelle et Alexeï a dit «, sont allés!" . À detsadike nous avons demandé à la carriole et à côté du parc ont déterré le châtaignier convenant. Ont chargé à peine. Ayant mis seulement, ont remarqué que le tronc du plant de la courbe. Il y a beaucoup de semaines nous avec l'aide du fil le redressaient, et finalement le châtaignier est devenu aux lignes droites. Le soir Ivan Alexandrovitch aimait arroser cet arbre. Kobryn a accepté le héros sur le repos éternel. Et maintenant seulement le châtaignier, comme la corde tendue verticalement, se trouve dans la rue de Pouchkine par la mémoire vivante le pilote rendu célèbre.

Alexeï Souchtchouk, le journal "Kobryn-inform", le 18 novembre 2004

La navigation





Nos partenaires

Symbol ds4308 характеристики